Business

La fonction finance face aux crises et aux tendances de fond

8 juin 2022   |   13 minute de lecture

Après la faillite de la banque américaine Lehman Brothers, l’accès aux financements bancaires s’est durci d’où la nécessité pour les entreprises de se tourner vers d’autres acteurs pour se financer au quotidien mais aussi et surtout pour les projets de développement.
Les DAF, pour accompagner cela, ont affiné leurs compétences en gestion et prévisionnel de trésorerie mais surtout en communication. D’abord pour présenter l’entreprise au marché, aux analystes, aux banques, aux investisseurs. À cette fin, le DAF a appris à adapter son discours à l’interlocuteur externe à l’entreprise, afin de rassurer, mettre en perspective et proposer les bons indicateurs. Parallèlement il a dû porter un discours cohérent et pédagogique en interne, par exemple sur le cash management. Enfin, avec la crise financière, la fonction finance a acquis un rôle d’arbitre, à savoir faire parler les chiffres pour guider des décisions parfois difficiles : arrêt de fabrication, fermeture de site…

Organisation du travail, agilité, extra-financier

Le second évènement qui a entraîné des répercussions sur la fonction finance d’entreprise est bien évidemment la crise sanitaire. Au-delà du ralentissement économique engendré puis de la forte reprise qui s’est ensuivie et de leurs conséquences, c’est aussi l’organisation en entreprise qui a été modifiée avec le travail en distanciel et l’accélération de la digitalisation. La crise sanitaire a aussi accentué d’une part le besoin en agilité (rolling forecast, réduction du cycle d’élaboration budgétaire) et d’autre part celui d’intégrer des critères ESG à la stratégie.

Le DAF catalyseur et préconisateur

La fonction finance dépasse désormais sa traditionnelle posture de contrôle, d’enregistrement des opérations, de gestion des actifs et du fonds de roulement, de réduction de l’impôt ou encore de préparation des rapports financiers requis. Le ou la DAF (au sujet de l’évolution du profil de cette fonction, notamment son rajeunissement et sa féminisation) est désormais la fonction qui propose ou doit proposer une grille des catalyseurs de croissance de l’entreprise, qui fournit ou doit fournir des perspectives et des renseignements utiles en temps opportun, des indicateurs de rendement clés, des analyses des risques d’affaires et des préconisations.

Une évolution rendue possible grâce à une révolution technique qui ne fait que gagner en profondeur : la digitalisation des outils et des process, devenue un essentiel. Selon le Baromètre Priorités 2022 des directions financières de PWC, 83 % d’entre elles envisagent d’investir dans la digitalisation de cette fonction.

Première publication le 8 juin 2022 sur DAF Mag.

Articles similaires